défilé


défilé

défilé [ defile ] n. m.
• 1643; de 2. défiler
1Couloir naturel très encaissé et si étroit qu'on n'y peut passer qu'à la file ( gorge, goulet, région. grau, passage). Défilé entre deux montagnes. Le défilé des Thermopyles. Surprendre l'ennemi à la sortie d'un défilé.
2(XVIIIe) Manœuvre des troupes qui défilent ( 2. défiler). Assister au défilé du 14 Juillet.
Par ext. Déplacement régulier de personnes ou de véhicules disposés en file, en rang. colonne, cortège, file. Défilé de chars fleuris. corso. Défilé religieux. procession. Défilé de manifestants. Défilé de mannequins. Par ext. Défilé de mode. Succession. Un défilé ininterrompu de visiteurs.
Fig. « un éclatant défilé de souvenirs magnifiques » (Maupassant).

défilé nom masculin (de fil) Passage étroit ou encaissé entre deux hauteurs : Les défilés sont propices aux embuscades.défilé (homonymes) nom masculin (de fil) défiler verbedéfilé (synonymes) nom masculin (de fil) Passage étroit ou encaissé entre deux hauteurs
Synonymes :
défilé nom masculin (de défiler) Marche d'unités militaires en formation de parade : Le défilé du 14-Juillet. Action, pour des personnes, de passer en file ou en rang les unes derrière les autres, dans un but de démonstration, de manifestation, etc. ; cortège : Défilé de mode. Succession continue de gens, de véhicules, etc. : Un défilé de visiteurs. Un défilé d'images dans l'esprit. Présentation spectaculaire de l'ensemble du corps de ballet, respectant l'ordre de la hiérarchie. ● défilé (homonymes) nom masculin (de défiler) défiler verbedéfilé (synonymes) nom masculin (de défiler) Action, pour des personnes, de passer en file ou en...
Synonymes :
- cortège
- théorie
Succession continue de gens, de véhicules, etc.
Synonymes :

défilé
n. m.
d1./d Passage étroit et encaissé entre deux montagnes.
d2./d Suite d'unités militaires en marche au pas cadencé, passant devant un chef ou rendant les honneurs. Le défilé de la fête de l'Indépendance.
d3./d File de personnes, de véhicules en marche. Le défilé des amis pour les condoléances.

I.
⇒DÉFILÉ, subst. masc.
[Correspond à défiler2]
A.— Passage naturel, étroit et encaissé, qu'on ne peut traverser qu'en file. Défilé de montagne; l'entrée du défilé; connaître, s'engager dans le défilé. Un défilé étroit et profond entre deux rocs à pic (MICHELET, Hist. romaine, t. 1, 1831, p. 153). Des défilés en pente et des gorges funèbres (HEREDIA, Trophées, 1893, p. 200) :
1. Il faut passer par les bas-fonds, suivre des lits de torrents enchevêtrés de viornes et de ronces, tourner autour des collines dans des défilés sauvages où les pierres ont des visages comme des hommes mal finis.
GIONO, Colline, 1929, p. 48.
P. métaph. Toute permission est un défilé entre des murailles d'interdictions (RICŒUR, Philos. volonté, 1949, p. 53) :
2. Tu es forte, Élisabeth. Tu traverses un défilé; tu en es au plus noir, à cette minute, au plus étouffant... mais tu en sortiras, nous en sortirons.
MAURIAC, Les Mal Aimés, 1945, p. 203.
P. ext. Passage étroit et resserré. Passage à travers les défilés de l'atelier (BALZAC, Illus. perdues, 1843, p. 11).
B.— Mouvement de formations militaires qui défilent en ordre. Le défilé du 14 juillet. Le prestige qu'on donne aux défilés de troupes, aux parades militaires (MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p. 483) :
3. Le piétinement des chevaux, contenus à grand'peine, le tonnerre des roues garnies de bronze, le frisson métallique des armes donnaient à ce défilé quelque chose d'imposant et de formidable, fait pour jeter la terreur dans les âmes les plus intrépides.
GAUTIER, Le Roman de la momie, 1858, p. 223.
4. Elle [Rose-Anna] était de celles qui n'ont rien d'autre à défendre que leurs hommes et leurs fils. De celles qui n'ont jamais chanté aux départs. De celles qui ont regardé les défilés avec des yeux secs et, dans leur cœur, ont maudit la guerre.
ROY, Bonheur d'occasion, 1945, p. 283.
P. métaph. Le défilé de ces strophes [du Vexilla regis] charriant d'impétueux trophées (HUYSMANS, Oblat, t. 1, 1903, p. 45) :
5. Imaginez le fameux Mangin, (...) regardant défiler ses divisions qui reviennent du feu. Il ressemble à sa statue; rien ne bouge sur ce visage; les bras sont croisés. Cette image est entrée dans la légende. Mais il faut savoir aussi que ce long défilé de soldats armés était un défilé d'injures et de menaces.
ALAIN, Propos, 1932, p. 1094.
P. ext. Déplacement, succession à la file de personnes ou de véhicules :
6. Le soir, quand vous êtes assis à une table de café, le défilé sur le boulevard, le défilé incessant et continu, au bout de quelque temps d'attention, n'a plus l'air d'un défilé de vivants, ça ressemble au passage mécanique des personnages d'un écran, au passage de silhouettes découpées qui n'ont pas d'épaisseur.
GONCOURT, Journal, 1890, p. 1222.
7. À l'enterrement de Coppée, (...) quand vint le moment du défilé, des condoléances et des poignées de main, je vis défiler tout Paris. Puis sur la fin, apparut un étrange spectacle (...) C'était le défilé des vaincus, la clientèle de Coppée, les vieux camarades, tous ceux qui n'ont pas eu de chance et qui, disparus au regard de tous, avaient pourtant gardé le contact avec lui.
BARRÈS, Mes Cahiers, t. 6, 1907-08, p. 310.
SYNT. Défilé ininterrompu, interminable; lent, long défilé; le défilé commence, continue.
Rem. En arg. des bagnes et milit., vieilli, on rencontre le synon. défilée, subst. fém. Les forçats, à l'heure de la défilée (A. HUMBERT, Mon bagne, 1880, feuilleton 48). Les bleus s'alignaient au coude à coude : une interminable défilée (COURTELINE, Gaîtés esc., 1886, p. 134).
Prononc. et Orth. :[defile]. Ds Ac. 1694, s.v. déffilé (cf. dé-), puis ds Ac. 1718-1932. Homon. défiler. Étymol. et Hist. 1. [1643 subst. « passage étroit où l'on ne peut passer qu'en file » (ROTROU, Bélis. III, 1 ds LITTRÉ : Et lorsque l'ennemi, s'avançant au trépas, Dans ses longs défilés aura porté ses pas...)]; 1648 (ABL[ANCOURT], Ret[raite], 1. 4 c. 5 ds RICH.); 1721 fig. (MONTESQ., Lett. pers., 98 ds LITTRÉ : On les fait passer par un défilé, bien étroit, je veux dire entre la vie et leur argent); 2. a) 1669 « action de marcher un à un dans un passage estroit » (J.-H. WIDERHOLD, Nouv. Dict. fr.-all. et all.-fr., Bâle, d'apr. FEW t. 3, p. 536b) — 1675 ibid.; b) 1827 « manœuvre militaire par laquelle les hommes marchent en colonne » (DELÉCLUZE, Journal, p. 448 : Le défilé des troupes); 3. 1830 arg. des bagnes, subst. fém. défilée « départ pour le travail » (ALHOY, Bagnes, Rochefort, p. 245); 4. 1842 fig. « succession de choses dans le temps » (BALZAC, Autre ét. femme, p. 362 : Le raout, cette froide revue du luxe, ce défilé d'amours-propres en grand costume). Part. passé subst. de défiler2. Fréq. abs. littér. :798. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 468, b) 1 603; XXe s. : a) 1 788, b) 1 059.
II.
DÉFILÉ, ÉE, part. passé et adj.
I.— Part. passé de défiler1 et défiler2.
II.— Adj. [Correspond à défiler1]
A.— [En parlant d'un tissu] Qui est défilé. Quelques broderies de jayet, à moitié défilées (GAUTIER, Fracasse, 1863, p. 316).
Emploi subst., PAPET. Pâte de chiffons effilochés destinée à la fabrication du papier. Le blanchiment (...) se fait aussi au chlore gazeux, qui agit sur le défilé (É. LECLERC, Nouv. manuel typogr., 1932, p. 547).
B.— [En parlant d'un objet qui a été enfilé ou enroulé]
1. Qui n'est plus enfilé. Comme des perles défilées (JOUBERT, Pensées, t. 2, 1824, p. 112).
2. Qui se déroule comme un fil. Au fig. Cette génération linéaire [du Christ] (...) comme déroulée, comme défilée (PÉGUY, V.-M., comte Hugo, 1910, p. 736).
C.— [En parlant d'une pers. ou d'un animé concr., notamment un objectif milit.] Qui est caché aux yeux par un défilement. Les angles morts et les objectifs fortement défilés (JOFFRE, Mémoires, t. 1, 1931, p. 69). La paroi nord (...) défilée derrière l'arête (PEYRÉ, Matterhorn, 1939, p. 268).

défilé [defile] n. m.
ÉTYM. 1643; de 2. défiler.
1 Couloir naturel encaissé, resserré (étymologiquement : tel qu'on n'y peut passer qu'à la file). Couloir, passage. || Défilé en cul-de-sac, sans issue. || Le fleuve a creusé un défilé dans la roche. Canyon, gorge. || Défilé entre deux montagnes. || Cluse, col en défilé, formant un défilé. || S'engager dans un défilé. || Attendre, surprendre l'ennemi, dresser une embuscade à l'entrée, aux portes, au seuil, à la sortie, au débouché d'un défilé. || Citadelle, fort qui commande, surveille un défilé. || Le Défilé des Thermopyles.
1 El-Kantara — le pont — garde le défilé et pour ainsi dire l'unique porte par où l'on puisse, du Tell, pénétrer dans le Sahara.
E. Fromentin, Un été dans le Sahara, I, p. 4.
2 Enfin, un soir, entre la Montagne-d'Argent et la Montagne-de-Plomb, au milieu de grosses roches, à l'entrée d'un défilé, ils surprirent un corps de vélites (…)
Flaubert, Salammbô, XIV, p. 304.
Passage maritime étroit. Bras (de mer), canal, détroit, fjord, grau.
Par métaphore :
3 (…) on les fait passer par un défilé bien étroit, je veux dire entre la vie et leur argent.
Montesquieu, Lettres persanes, XCIX.
2 (1669). Manœuvre des troupes qui défilent. 2. Défiler. || Le défilé du 14 juillet à Paris. || Aller à la revue, à la parade pour voir le défilé. || La musique marche en tête du défilé. || Défilé de troupes, de cavaliers, de chars d'assaut. || Défilé naval. || Défilé spectaculaire.
4 Le 20 octobre (1805), Napoléon, placé au pied du Michelsberg, assista au défilé des 30 000 hommes restés à Mack et qui, avec le feld-maréchal et un énorme état-major, tombaient ainsi, sans plus de coups férir, entre ses mains.
Louis Madelin, Hist. du Consulat et de l'Empire, Avènement de l'Empire, XXII, p. 280.
3 Suite de personnes, de voitures en mouvement et disposées en colonne, en file. Colonne, cortège, file. || Le défilé des troupes montant vers la ligne de feu. || Un défilé interminable de réfugiés. || Défilé d'anciens combattants, de manifestants. || Défilé de cavaliers à une parade, à un carnaval. Cavalcade. || Défilé de masques. Mascarade. || Défilé religieux. Procession. || Défilé aux flambeaux. Retraite.(1925). || Le défilé des mannequins à une présentation de collection de couture.Arriver à un mariage, à un enterrement pour le défilé, pour le moment où les assistants défilent devant la famille afin de lui présenter leurs félicitations ou leurs condoléances.Le défilé du cortège, dans une noce.
5 Les jeunes mariés venaient d'abord, puis les parents, puis les invités, puis les pauvres du pays, et les gamins qui tournaient autour du défilé, comme des mouches, passaient entre les rangs, grimpaient aux branches pour mieux voir.
Maupassant, Contes de la Bécasse, « Farce normande ».
4 Par ext. Procession, succession. || Un défilé ininterrompu de visiteurs, de quémandeurs. || Un défilé de voitures à la sortie de l'autoroute. Carrousel (fig.).
6 (…) il dépeignit l'ininterrompu défilé des lésés et des mécontents, leurs attitudes découragées, leurs figures navrées et navrantes.
Courteline, Messieurs les ronds-de-cuir, III, III, p. 114.
5 (Abstrait). Chapelet, cortège, succession, théorie. || Le défilé des générations.
7 Venise (…) évoque d'un seul coup dans l'esprit un éclatant défilé de souvenirs magnifiques et tout un horizon de songes enchanteurs.
Maupassant, la Vie errante, p. 245.
HOM. 1. Défiler, 2. défiler.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Défilé — du Jidai Matsuri, Japon Membres du Ku Klux Klan défilan …   Wikipédia en Français

  • defilė — Bendroji  informacija Kirčiuota forma: defilė̃Rūšis: naujai skolintos šaknies žodis Kalbos dalis: daiktavardis Rašybos variantai:defile. Kilmė: prancūzų, défilé. Pateikta: 2014 11 18. Reikšmės ir vartosena Apibrėžtis: parodomoji karių rikiuotės… …   Lietuvių kalbos naujažodžių duomenynas

  • Defile — Défilé défilé de carnaval …   Wikipédia en Français

  • défilé — 1. (dé fi lé) s. m. Masse de chiffons qui ont subi l opération du défilage. ÉTYMOLOGIE    Dé.... préfixe, et fil. défilé 2. (dé fi lé) s. m. Terme militaire. Marche en colonne d une troupe qui défile devant un chef. Mouvement qui consiste en ce… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • défilé — DÉFILÉ. s. m. Passage étroit où il ne peut passer que peu de personnes de front. Un pays de défilés, plein de défilés. Les troupes qui étoient à la tête du défilé. S engager dans un défilé. Se rendre maître d un défilé. S assurer d un défilé, du… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • defile — ‘make dirty’ [14] and defile ‘narrow pass’ [17] are distinct words in English. The former has a rather complex history. It was originally acquired in the 13th century as defoul, borrowed from Old French defouler ‘trample down, injure’; this was a …   The Hutchinson dictionary of word origins

  • defile — ‘make dirty’ [14] and defile ‘narrow pass’ [17] are distinct words in English. The former has a rather complex history. It was originally acquired in the 13th century as defoul, borrowed from Old French defouler ‘trample down, injure’; this was a …   Word origins

  • Defile — De*file (d[ e]*f[imac]l ), v. t. [OE. defoulen, foilen, to tread down, OF. defouler; de + fouler to trample (see {Full}, v. t.), and OE. defoulen to foul (influenced in form by the older verb defoilen). See {File} to defile, {Foul}, {Defoul}.] 1 …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Defile — has several meanings: Wiktionary:defile for dictionary definitions. defile (geography) is a geographic term for a narrow pass or gorge between mountains. It has its origins as a military description of a pass through which troops can march only… …   Wikipedia

  • Defilé — (fr., spr. Defileh), nennt man jeden Weg, auf welchem Truppen nur mit schmaler Fronte sich bewegen können, also z.B. Brücken, Wege auf Dämmen, Hohlwege, Thore, Straßen durch Ortschaften, dichte Wälder, Sümpfe etc. Alle D n, welche außerhalb des… …   Pierer's Universal-Lexikon